Lettre ouverte à la ministre de l’Education nationale pour la continuité du service public d’éducation

ecole_fermeeMadame la Ministre,
La FCPE dénonce, depuis plusieurs années, le problème du remplacement des enseignants absents. C’est aussi pourquoi elle a créé « Ouyapacours », outil d’enregistrement des réclamations des parents face aux non-remplacements d’enseignants, mis à disposition de nos adhérents afin qu’ils puissent alerter vos services en cas de situation critique.
La FCPE est consciente que la situation actuelle est un héritage de la politique de suppressions massives de postes dans l’Education nationale avant 2012. Cette politique a contraint nombre d’académies à réduire les effectifs de remplaçants.
La FCPE a salué les créations de postes depuis le début du quinquennat et demande à ce qu’elles se poursuivent.
Le service public d’éducation est, plus que tout autre, soumis à une obligation de continuité. Il est, en effet, le pendant indissociable de l’obligation scolaire faite aux familles et aux élèves. C’est d’ailleurs au nom de cette continuité du service public d’éducation que la FCPE s’est mobilisée pour que la nécessaire consultation des enseignants sur le socle commun et les programmes de maternelle s’organise en dehors du temps scolaire.
Lorsque des enseignants absents ne sont pas remplacés, que les élèves n’ont pas les cours auxquels ils ont droit, leurs parents ont toute légitimité à dénoncer cette rupture de contrat.
Cette absence de cours pénalise tous les élèves, et en particulier les plus fragiles d’entre eux, car l’absence d’enseignants provoque une rupture de rythme très préjudiciable à leurs apprentissages. La conséquence en est aussi la concentration plus importante des programmes, déjà chargés, sur l’année scolaire. Or les élèves ont besoin de temps pour bien apprendre.
Depuis la rentrée 2014, force est de constater que certaines académies ont privilégié le recrutement de professeurs via Pôle emploi, faute d’enseignants disponibles. La FCPE ne peut accepter que l’on recrute des enseignants dans n’importe quelles conditions pour remplacer ceux qui sont absents. Elle ne se satisfera pas qu’à l’exigence des parents d’un remplacement assuré par des enseignants formés, on réponde par des solutions non pérennes.
Nous avons également noté que vous ne souhaitiez pas poursuivre les discussions sur la réforme du calendrier annuel. Pourtant le sujet des remplacements s’inscrit dans une réflexion plus globale sur l’organisation du temps de travail des élèves.
Car la réponse aux problèmes de remplacement n’est pas uniquement quantitative.
Pour cela, les délais de carence doivent être effectivement supprimés, les besoins en remplacement doivent être évalués dans la transparence et une méthode de gestion efficace doit être élaborée et mise en place. La FCPE souhaite également que les référents académiques remplacement soient réellement mis en place dans chaque département.
Nous souhaiterions travailler avec vous sur cette question et vous faire part de nos propositions et ainsi développer une collaboration sur ce sujet, dans l’intérêt des élèves.
Dans l’attente, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, à l’expression de nos sentiments respectueux et dévoués.

Paul Raoult, président de la FCPE